La Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance (OCBCC) et l’Association des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance de l’Ontario (AECEO) viennent de publier conjointement un énoncé de position et bulletin politique mettant en relief la pénurie de main-d’œuvre des services de garde et la façon dont une échelle salariale financée à même les fonds publics pourrait soutenir le succès de la mise en œuvre du Programme pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants (PPAGJE) 

Cet énoncé de position et bulletin politique est le plus récent ajout à la collection Feuille de route pour un réseau universel de services de garde à l’enfance en Ontario des deux organismes. On y énonce une vision et des solutions réalisables en matière d’apprentissage et la garde de jeunes enfants dans la province.

La crise de la main-d’œuvre des services de garde en Ontario est un phénomène complexe, mais les salaires chroniquement faibles et non concurrentiels des éducatrices et éducateurs à la petite enfance inscrits (EPEI) et du personnel non-EPEI en sont la cause principale. 

Le plan d’action du PPAGJE de la province, en vertu duquel le salaire plancher passe à 19 $/h en 2023, laisse néanmoins le salaire des travailleuses/travailleurs en service de garde beaucoup moins élevé que ce que gagnent leurs homologues dans d’autres provinces, notamment dans les six provinces qui ont adopté des grilles salariales.

Les services de garde du secteur public et certains du secteur à but non lucratif, grâce à des mesures comme l’équité salariale et la négociation collective, sont parvenus à consentir des salaires plus équitables dans le réseau des services de garde de l’Ontario. Cependant, il faut absolument instaurer une échelle salariale globale financée à même les fonds publics à l’échelle de la province pour s’assurer que les salaires sont justes dans tout le secteur.

L’énoncé de position et bulletin politique de l’OCBCC et de l’AECEO met de l’avant cinq principes directeurs pour établir cette échelle salariale:

  1. Subventionner la main-d’œuvre, c’est subventionner la qualité.
  2. Une rémunération décente pour tout le monde.
  3. La reconnaissance des titres de compétence, de l’expérience et des responsabilités et le développement des rôles professionnels.
  4. Le respect des salaires décents actuels et des conventions collectives existantes.
  5. L’engagement envers un processus démocratique qui inclut de façon significative les éducatrices et éducateurs dans la détermination de leurs salaires, de leurs avantages sociaux et de leurs conditions de travail.

Le document réclame l’adoption immédiate d’une échelle salariale financée à même les fonds publics de 25 $/h pour les travailleuses/travailleurs en service de garde et d’au moins 30 $/h à 40 $/h pour les EPEI afin de stabiliser sans délai la main-d’œuvre. De plus, le document réclame l’élaboration de solutions à long terme pour la main-d’œuvre, incluant la participation démocratique à ces solutions des personnes qui travaillent dans le secteur et des organismes qui les représentent.  

Un enfant Une place exhorte les décisionnaires de l’Ontario et le gouvernement fédéral de donner suite aux recommandations afin que les éducatrices et éducateurs à la petite enfance commencent à être rémunérés à leur juste valeur. La mise en œuvre d’une échelle salariale financée à même les fonds publics est la clé pour assurer la stabilité et l’épanouissement de la main-d’œuvre du secteur de la petite enfance — il s’agit du fondement d’un réseau accessible de services de garde de qualité élevée pour les enfants et les familles de l’Ontario.

À propos de l’OCBCC

La Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance (OCBCC) est le principal organisme de défense et de promotion d’un réseau universellement accessible de services de garde à l’enfance abordables, de qualité élevée, publics et à but non lucratif. L’OCBCC a été créé en 1981. En sont membres des garderies, des organismes nationaux et provinciaux et des particuliers provenant de toutes les régions de l’Ontario. Nos membres sont des éducatrices/éducateurs à la petite enfance, des travailleuses/travailleurs en garderie, des parents, des grands-parents, des directrices/directeurs de garderie et des syndicalistes, mais d’abord et avant tout, ce sont des personnes pour qui les services de garde sont importants.

À propos de l’AECEO

L’Association des éducatrices et éducateurs à la petite enfance de l’Ontario (AECEO) est l’association professionnelle qui représente les éducateurs et éducatrices à la petite enfance de l’Ontario. Son mandat est de défendre les intérêts de la profession et de soutenir le travail de ses membres en intervenant en leur nom sur les enjeux actuels, en leur fournissant des ressources et de l’information sur l’éducation à la petite enfance et les services de garde et en leur offrant des possibilités de perfectionnement professionnel et de collaboration.