Un récent rapport d’Un enfant Une place révèle le manque de politiques de main-d’œuvre et de programmes de financement cohérents à l’échelle provinciale et territoriale. 

Même si certains gouvernements au Canada ont lancé des initiatives éparses comme de nouvelles bourses d’études, des programmes élargis de perfectionnement professionnel et des hausses salariales, les problèmes perdurent. Dans beaucoup de provinces et de territoires, les salaires des éducatrices et éducateurs à la petite enfance (EPE) sont peu élevés et on porte peu attention aux avantages sociaux et aux régimes de retraite du personnel. Et les gouvernements ne priorisent pas la révision des règlements afin d’améliorer les conditions de travail des EPE. Malgré les possibilités d’améliorations marquées, les aspects réglementaires comme les besoins en espace, les rôles professionnels et les ratios personnel-enfant, qui auraient pour effet de créer un meilleur environnement de travail pour les EPE, retiennent peu l’attention.

Même si les ententes récentes conclues entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires reconnaissent la nécessité de mieux rémunérer et soutenir les EPE, les politiques de main-d’œuvre dans le secteur des services de garde sont néanmoins déployées de manière fragmentaire et réactive.

Les grandes questions relatives à la mise en œuvre du Système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants (SPAGJE) afin d’assurer des soins optimaux et à la façon de bien soutenir les personnes œuvrant dans le secteur demeurent toujours sans réponse.

C’est la raison pour laquelle Un enfant Une place a lancé son projet « Les éducatrices et éducateurs sont importants », qui a pour but d’élaborer une vision commune de la main-d’œuvre des services de garde à l’enfance au Canada.

Le rapport « Sommaire des politiques de main-d’œuvre dans le cadre du Système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants », le premier d’une série de documents qui seront publiés dans le cadre du projet répertorie et examine les politiques mises en œuvre par les provinces et les territoires au cours du déploiement du SPAGJE en vue de faciliter le recrutement et la rétention d’EPE. Un enfant Une place a également mis sur pied un nouveau groupe de travail national sur les politiques de main-d’œuvre dans le secteur de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants, la Table de discussion sur les politiques (TDP). La TDP réunit des éducatrices et éducateurs, des défenseurs des services de garde et des expertes et experts en matière de politique dont le mandat sera de formuler des recommandations fondées sur des données probantes, de la recherche et les connaissances du milieu. La TDP analysera les politiques et les programmes de main-d’œuvre au fil du déploiement du SPAGJE. 

Pour recevoir régulièrement des mises à jour et de l’information sur les enjeux de main-d’œuvre dans le secteur des services de garde, inscrivez-vous à la liste d’envoi d’Un enfant Une place.  

Lisez Sommaire des politiques de main-d’œuvre en date de décembre 2023 dans le cadre du système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants.

Informez-vous sur le projet Les éducatrices et les éducateurs sont importants.