Les 24 et 25 avril derniers, une rencontre de deux jours des membres de la Table de discussion sur les politiques de main-d’œuvre dans le secteur des SÉGE s’est tenue à Toronto.  Les discussions ont porté sur les problèmes actuels dans le secteur des SÉGE et sur des recommandations de politiques entourant les salaires, les avantages sociaux et les régimes de retraite. Cette rencontre s’inscrit dans le projet « Les éducatrices et les éducateurs sont importants », une initiative d’Un enfant Une place qui porte sur la main-d’œuvre du secteur des SÉGE. 

Les vingt-quatre membres de la Table de discussion, les membres du personnel du projet et trois observatrices participaient à la rencontre. La Table de discussion est composée de personnes occupant différentes fonctions au sein du secteur des SÉGE au Canada. Ses membres proviennent d’associations professionnelles d’éducatrices et d’éducateurs de la petite enfance, de services de garde à l’enfance, d’établissements d’enseignement postsecondaire, de syndicats, de conseils sectoriels et du milieu de la recherche sur les politiques et comptent des représentantes issues des communautés autochtones. Carolyn Ferns de la Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance animait la rencontre, secondée par Jade Lillace du Childcare Resource and Research Unit.

Debout (à partir de la gauche): Frances Chartrand, Jennifer Nangreaves, Marni Flaherty, Christa Japel, Joanne Morris, Carolyn Ferns, Jane Beach, Rea Knight, Martha Friendly, Jackie Rodler, Ruth Lindsey-Armstrong, Christine Massing, Patsy McKinney, Rachel Vickerson, Diane Daley, Annalise Yuzda, Chris Smith. Assises (à partir de la gauche): Tho Nguyen, Julie Cyr, Emily Mlieczko, Jackie Schapansky, Lily Maniapik. Présence virtuelle: Lynell Anderson, Jodie Kehl, Nicki Dublenko, Morna Ballantyne, Eric Swanson.

Au cours des deux journées, les membres de la Table de discussion sur les politiques ont circonscrit l’ampleur des problèmes auxquels fait face présentement la main-d’œuvre des SÉGE en matière de salaires, d’avantages sociaux et de régimes de retraite. Dans des discussions ancrées dans leurs expériences sectorielles et soutenues par les recherches de base effectuées par le personnel du projet, les membres de la Table de discussion ont défini les différentes problématiques et orienté les travaux entourant l’élaboration de politiques et de solutions stratégiques.

Un des principaux objectifs du projet Les éducatrices et les éducateurs sont importants est de créer un espace permettant à la communauté des SÉGE d’engager une discussion approfondie sur la planification et la mise en œuvre de politiques de main-d’œuvre pour le secteur. Afin de faciliter la démarche, des idées et des expériences d’autres secteurs ont été mises à profit afin d’analyser les problèmes de main-d’œuvre du secteur des SÉGE sous un nouvel angle.

Quatre conférencières ont été invitées à faire un exposé et à discuter avec les membres de la Table de discussion d’enjeux critiques, notamment d’options pour créer des régimes de retraite et d’avantages médicaux. Les campagnes menées par les infirmières et les éducatrices à la petite enfance du Québec pour améliorer leurs salaires et leurs conditions de travail ont également été discutées.

À la fin de la rencontre riche de leçons inspirantes et de conversations tenues sous différentes formes, deux trains de mesures ont été recommandés par la Table de discussion. Ces recommandations portent sur les problèmes actuels et appuient la planification à long terme en matière de salaires, d’avantages sociaux et de régimes de retraite dans le secteur des SÉGE. Les politiques recommandées seront publiées sous peu dans le site Web du projet Les éducatrices et les éducateurs sont importants et les acteurs du milieu auront la possibilité d’exprimer leur point de vue. 

À propos du projet

Les éducatrices et les éducateurs sont importants est un projet de trois ans (2023-2026) d’Un Enfant Une Place, qui a pour but d’approfondir le savoir collectif concernant la main-d’œuvre des services éducatifs et de garde à l’enfance (SÉGE) au Canada. Le projet servira à élaborer des solutions politiques pour remédier à la crise de recrutement et de rétention du personnel et soutenir la mise en œuvre d’un système global d’apprentissage et de garde des jeunes enfants de qualité élevée dans l’ensemble du Canada.

À propos de la Table de discussion nationale sur les politiques de main-d’œuvre dans le secteur des SÉGE

Par l’entremise de la Table de discussion sur les politiques, le projet Les éducatrices et les éducateurs sont importants vise à présenter les expériences et les points de vue variés des éducatrices et éducateurs à la petite enfance, des fournisseurs de services de garde et d’autres acteurs désireux d’apporter des changements stratégiques pour améliorer les conditions de travail des éducateurs et des éducatrices à la petite enfance et des travailleuses et travailleurs en services de garde au Canada. La composition de la Table de discussion sur les politiques se diversifiera graduellement à mesure que des lacunes sur le plan de nos connaissances collectives seront détectées et que des liens se tisseront entre le projet et la communauté des SÉGE.